Salira Harir

fidere avocats salira harir

linkedin LinkedIn vcard vcard

PARCOURS

Salira Harir est avocat depuis 2005.

Elle est diplômée d’un DEA de droit privé de l’université de Reims et Docteur en droit des contrats.

Elle exerce une activité principalement judiciaire dans le cadre de litiges individuels et collectifs.

Elle intervient régulièrement devant le Conseil des prud’hommes et Cour d’appel mais aussi devant les Tribunaux de grande Instance (contestation d’expertise, contentieux du statut collectif,…), devant les tribunaux d’instance (élections professionnelles), ainsi que devant les tribunaux des affaires de sécurité sociale (accident du travail, faute inexcusable) devant les juridictions pénales.
Elle accompagne également ses clients sur les problématiques relatives aux cadres dirigeants et mandataires sociaux, sur les questions de santé au travail et de prévention des risques professionnels ou encore sur les problématiques liées à la discrimination et à l’égalité de traitement.

Salira Harir intervient ponctuellement à la High Management School de Reims en droit social.

BIBLIOGRAPHIE
  • « Les différences de traitement réservées à un établissement par accord d’entreprise sont présumées justifiées », Pal., à paraître le 12 décembre 2017, comprenant 5 938 signes.
  • « Une salariée licenciée pour faute grave en raison de son refus de prononcer un serment juratoire est-elle victime de discrimination ? », Pal., 23 mai 2017, n° 295y7, p. 68, comprenant 9 922 signes.
  • « Un salarié licencié en raison de ses absences pour maladie et non remplacé est-il victime de discrimination ? », Pal., 29 mars 2016, n° 261t6, p. 78, comprenant 10 107 signes.
  • « Un licenciement motivé par une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail par le salarié est nul », Pal., 29 mars 2016, n° 261u6, p. 80, comprenant 11 604 signes.
  • « Le délit de harcèlement sexuel ne suppose pas que l’auteur ait conscience d’imposer les actes en cause à la victime », Pal., 12 janvier 2016, n° 254j6, p. 67, comprenant 6 875 signes.
  • « Des mentions erronées tant sur le montant que sur la date d’effet de la rupture ne sont pas une cause de nullité automatique de la rupture conventionnelle », Pal., 17 novembre 2015, n° 247r2, p. 34, comprenant 11 711 signes.
  • « Harcèlement moral et prise d’acte de la rupture de la salariée justifiée si l’employeur ne réagit pas ou réagit tardivement », Pal., 17 novembre 2015, n° 247p9, p. 36, comprenant 9 795 signes.
  • « Harcèlement sexuel et prise d’acte de la rupture par la salariée », Pal., 15 septembre 2015, n° 239×0, p. 23, comprenant 10 524 signes.
  • « Réforme de la prud’homie : focus sur le déroulement de l’instance prud’homale dans le projet de loi Macron », Pal., 7 juillet 2015, n° 231z4, p. 13, comprenant 23 797 signes.
  • « Discrimination et harcèlement moral entraînant des préjudices différents, ouvrent droit à des indemnisations spécifiques », Pal., 21 avril 2015, n° 222f8, p. 33, comprenant 9 270 signes.
  • Harcèlement moral sans intention de nuire, AEF, Dépêche n°124384, Salira Harir
LANGUE

Anglais